Les transactions négatives

Transactions croisées

Ces transactions mènent à des conflits.

Exemple : 

Adulte à Adulte : « Chérie, sais-tu où sont mes bottes ? » (il cherche une information)
La bonne réponse de la femme serait : Adulte : « Dans la cave », ou encore: «je ne les ai pas vues. »

Mais elle pourrait aussi bien dire : Parent à Enfant : « Là où tu les as laissées».

Ici, on arrive à la règle de communication. Si les lignes se croisent, la communication est terminée. Maintenant mari et femme ne vont plus discuter des bottes, mais se disputer sur le fait qu’il ne range jamais ses affaires tout de suite. Si la réaction de la femme était venue de l’Enfant : « Pourquoi cries-tu toujours après-moi ? », il y aurait quand même eu conflit.

Dans les cas suivants, les vraies transactions sont cachées puisqu’elles sont non verbales et que presque personne ne le remarque. On peut les reconnaître au changement de ton et parfois à certaines mimiques.

A : Verbal : Combien de fiches reste-t-il à classer encore ?
Non verbal : Vous n’auriez pas dû accepter ce délai.
B : Verbal : Je n’y peux rien !

Transactions cachées
A : Verbal : Ce soir, après le travail on va regarder ensemble le programme de demain.
Non verbal : C’est la plus belle de toutes les secrétaires.

B : Verbal : Quelle bonne idée ! Dans la journée nous n’avons guère le temps.
Non verbal : Ce sera une superbe soirée avec vous.

Les deux dernières transactions ne sont pas à considérer comme des transactions positives puisqu’elles ne sont pas honnêtes et n’aident en aucun cas à la bonne entente.

Conclusion

Sans pratique, toute théorie est condamnée et c’est pourquoi je vous demande d’observer les gens et d’essayer de définir le niveau des transactions. Prêtez aussi une attention toute particulière à votre propre Parent et Enfant.

© 2017 by Sit-Net SA

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-linkedin
  • w-youtube